Accueil


« Avec des amis suisses, j’ai réuni 10’000 euros pour sauver Riposte Laïque »

  • « Avec des amis suisses, j’ai réuni 10’000 euros pour sauver Riposte Laïque »

    Dans le champ de la liberté d’expression et de ses effets – ceux-ci judiciaires -, Giorgio Ghiringhelli me demande de relayer sa profession de foi et les remerciements de Pierre Cassen. Les voici.

    Giorgio Ghiringhelli

    « J’ai une bonne nouvelle pour la rédaction de Riposte Laïque. Je verserai dans les prochains jours au trésorier de ce site une somme de 10 000 euros comme petite contribution pour faire face à la persécution judiciaire dont ils sont victimes. C’est le fruit d’une collecte que j’ai organisée auprès de quelques amis du canton du Tessin (Canton suisse italophone) qui, comme moi, sont très préoccupés par la colonisation islamique de l’Europe, de plus en plus irréversible, réalisée par la démographie, favorisée par une élite politique et médiatique corrompue, lâche et soumise à l’islam.

    Par ce geste, j’espère donner le bon exemple à mes nombreux concitoyens suisses qui ont su apprécier la contre-information de Riposte Laïque et les courageux combats au front menés par Pierre Cassen et l’indomptable Christine Tasin. Et j’espère aussi que les dizaines de milliers de Français qui, chaque jour, lisent les articles toujours intéressants publiés sur le site et regardent les vidéos avec les commentaires piquants de Pierre (dont l’humour est peu apprécié par les juges…), feront tout leur possible pour sauver Riposte Laïque.

    Allons enfants de la Patrie, le jour de gloire est arrivé ! Il est temps de se battre en faveur de la liberté d’expression, de plus en plus menacée au pays de Voltaire (CNews et Éric Zemmour en savent quelque chose aussi…) et contre les nouveaux fascistes, les islamogauchistes, qui recourent de plus en plus à la violence pour faire taire les patriotes.

    Pourquoi moi, Suisse, je soutiens Riposte Laïque

    Certains se demanderont pourquoi moi, Suisse vivant dans un canton peu islamisé (environ 9 000 musulmans sur    350 000 habitants), je me préoccupe tant de la survie d’un site d’information français qui traite principalement de l’islam. Si vous avez un peu de patience, je vais vous l’expliquer dans les lignes qui suivent

    J’ai commencé à m’intéresser à l’islam après l’attentat contre les tours jumelles de New York, que j’avais visitées quelques mois plus tôt. Pendant quelques années, avant de passer à l’action, je me suis contenté de lire et de m’informer. Comme “maîtres”, j’avais en Italie Oriana Fallaci, l’Italo-Égyptien ex-musulman Magdi Allam et le jésuite égyptien Samir Khalil Samir, et en Suisse la journaliste genevoise Mireille Vallette (fondatrice et présidente pendant quelques années de l’Association suisse Vigilance Islam) et le Dr Sami Aldeeb, chrétien palestinien et grand connaisseur de l’islam.

    Puis je me suis intéressé à la situation en France, pays que j’avais appris à aimer lors de plusieurs voyages au début des années 1980. Je me suis rendu compte, avec beaucoup de tristesse, que ce magnifique pays n’était plus celui que j’avais connu, mais ressemblait de plus en plus à un pays islamique, plein de mosquées, de prières de rue, de cuisine halal, de femmes voilées et de barbus avec des djellabas.

    En 2004, j’avais lu le rapport de Jean-Pierre Obin intitulé “Les signes et manifestations d’appartenance religieuse dans les établissements scolaires”, et en 2005, le rapport d’Éric Denécé intitulé “Le développement de l’islam fondamentaliste en France : aspects sécuritaires, économiques et sociaux”. La lecture de ces deux rapports [que j’ai décidé de publier sur mon site en raison de leur importance : obin.pdf (ilguastafeste.ch) et denece.pdf (ilguastafeste.ch) ] m’a permis d’ouvrir les yeux sur les stratégies utilisées par les islamistes pour islamiser un pays. J’ai alors compris que ce qui se passait en France se produirait tôt ou tard dans d’autres pays européens et même en Suisse.

    J’ai trouvé le courage de me battre grâce à Pierre Cassen

    C’est pourquoi j’ai commencé à suivre de plus près ce qui se passait en France. Je n’en croyais pas mes yeux lorsque je voyais que le peuple qui avait changé l’histoire de l’Europe avec les Lumières et la Révolution française, qui avait établi les principes d’égalité, de liberté et de justice sociale et qui avait apporté la civilisation à de nombreux pays sous-développés, était envahi sans même réagir par des millions d’adeptes d’une idéologie religieuse totalitaire, violente, obscurantiste, raciste et rétrograde. J’ai ainsi pris connaissance des combats contre l’islamisation menés par Pierre Cassen, qui est vite devenu mon mythe. J’ai admiré ses talents d’orateur, son courage, sa détermination. Grâce surtout à lui et grâce aux articles publiés depuis 2007 dans Riposte Laïque, j’ai perfectionné ma connaissance de l’islam.

    Le courage de Pierre était tellement contagieux qu’à un moment donné, j’ai décidé moi aussi qu’il fallait faire quelque chose de concret pour contrer l’islamisation de mon pays. C’est ainsi que j’ai lancé des pétitions pour interdire le port du voile dans les écoles publiques, pour interdire les prières rituelles islamiques dans les espaces publics, pour mettre hors la loi les mouvements islamistes (comme les Frères musulmans) et fermer leurs mosquées. Mais ces pétitions ont été rejetées par les instances politiques compétentes qui, en Suisse comme ailleurs, au lieu de pratiquer une politique de tolérance zéro à l’égard des islamistes, ont délibérément et coupablement ignoré leur développement, soit par intérêt personnel, soit par ignorance, soit par lâcheté.

    L’interdiction totale du voile en Suisse sur le modèle français

    En 2010, le Parlement français a adopté une loi interdisant notamment le port du voile intégral dans l’espace public. Profitant des possibilités offertes par la démocratie directe en Suisse, j’ai lancé en 2011 une initiative populaire qui, sur le modèle de la loi française, demandait que l’interdiction de dissimuler son visage en public soit inscrite dans la Constitution du canton du Tessin. L’initiative a été approuvée en septembre 2013 par 65,4 % de la population tessinoise et l’interdiction est entrée en vigueur en 2016. Ce fut ma principale victoire politique contre l’islamisation. Une victoire qui a ensuite fait école en Suisse.

    En effet, en 2016, le Comité d’Egerkingen, celui-là même qui avait lancé avec succès l’initiative populaire quelques années plus tôt pour interdire la construction de minarets en Suisse, a décidé de lancer une initiative populaire pour inscrire dans la Constitution suisse l’interdiction de se dissimuler le visage en public. L’initiative, au comité de laquelle j’ai été appelé à siéger, a été approuvée en 2021 par le peuple et les cantons contre l’avis du gouvernement et du Parlement national. Sans Riposte Laïque, ma principale source d’inspiration et d’information sur ce qui se passait en France, et sans Pierre Cassen, mon modèle que j’essaie d’imiter, je ne sais pas si j’aurais lancé ce combat historique.

    C’est pourquoi, en signe de reconnaissance et dans l’intérêt de la Suisse, j’ai estimé qu’il était de mon devoir de faire quelque chose pour éviter que la voix critique de Riposte Laïque ne soit étouffée par une persécution judiciaire et politique instrumentale et scandaleuse, digne d’un régime totalitaire. C’est le monde à l’envers : on punit ceux qui dénoncent l’incompatibilité de l’islam avec notre civilisation et notre démocratie, au lieu, éventuellement, de leur donner une médaille.

    Les médias contre la liberté d’expression

    Malheureusement – je le dis en tant que journaliste – même les représentants des médias d’information, se tirant une balle dans le pied, sont pour la plupart honteusement alignés, au niveau européen, en faveur de ceux qui veulent museler la liberté d’expression et contre ceux qui – comme Riposte Laïque et quelques autres – tentent d’avertir les populations européennes du triste sort qui les attend lorsque ce continent sera gouverné par les ayatollahs et les talibans.

    En réaction à la censure stupide et à la désinformation des médias dominants, j’ai créé en 2018 un prix international appelé “Swiss Stop Islamization Award “ avec lequel je récompense chaque année trois personnes qui se sont distinguées dans la dénonciation des dangers de l’islamisation et de la radicalisation croissante des musulmans, et qui sont souvent boycottées par les médias parce qu’elles sont considérées comme ” politiquement incorrectes ” et ” d’extrême droite “. Jusqu’à présent, 22 personnes ont reçu ce prix, dont Éric Zemmour et Pierre Cassen (en 2022) et Christine Tasin (en 2023). Ce n’est donc pas d’aujourd’hui que je soutiens ces héros de notre temps.

    “Je suis islamophobe et fier de l’être”.

    Certains, dans le but de délégitimer et de faire taire les critiques de l’islam et les opposants à l’islamisation, affirment qu’ils sont islamophobes, donnant ainsi à ce mot le sens de “raciste”. En réalité, l’islamophobie, dans son sens étymologique, ne signifie pas haïr les musulmans en tant que personnes, mais signifie avoir peur (en grec “phobos” = peur) de l’islam en tant que religion, et cela n’a rien à voir avec le racisme. Comme l’a écrit le grand spécialiste de l’islam, Sami Aldeeb, on peut aimer les Allemands sans aimer le nazisme, les Italiens sans aimer le fascisme, les musulmans sans aimer l’islam.

    On a le droit d’avoir peur d’une idéologie ou d’une pratique, si cette peur est motivée. Mais on ne peut en aucun cas accepter des normes et des pratiques, telles que celles en vigueur depuis 1400 ans dans l’islam, qui sont contraires aux droits de l’homme et à la dignité humaine (comme l’interdiction de changer de religion sous peine de mort, l’inégalité entre les hommes et les femmes, l’interdiction pour les musulmanes d’épouser des non musulmans, la lapidation pour punir l’adultère, l’obligation de jeûner pendant le ramadan, etc.).

    “Et alors, s’interroge Aldeeb dans un écrit publié le 24 juillet 2011 sur son site “Savoir ou se faire avoir”, dois-je me considérer comme islamophobe parce que je rejette ces normes et ces pratiques ?” Voici sa réponse à cette question que je partage personnellement et sur laquelle de nombreux juges, politiques et journalistes devraient réfléchir : “Oui, je suis islamophobe et fier de l’être. Ceux qui ne sont pas islamophobes face à ces normes sont des ignorants, des aveugles, des téméraires, des naïfs, des idiots utiles, des crypto-islamistes, des vendus, ou des personnes sans principes moraux tournant avec le vent comme les girouettes. C’est dire le grand nombre de catégories dans lesquelles on peut classer ceux qui accusent les autres d’islamophobie sans en comprendre le sens ou la portée”.

    Et maintenant, une main sur le cœur et une dans le porte-monnaie pour sauver Riposte Laïque ! »

    Giorgio GHIRINGHELLI

    Commentaire de Pierre Cassen, fondateur de Riposte Laïque :

    Pierre Cassen

    Il est difficile de ne pas être ému par cette déclaration d’amour à Riposte Laïque de Giorgio Ghiringhelli. Il est difficile de ne pas être très touché par les mots qui me concernent, c’est la première fois que je lis des choses pareilles. Il est difficile de ne pas être bouleversé quand on apprend que neuf Suisses, dans le Tessin italien, ont réuni 10.000 euros pour sauver un site français. C’est une formidable reconnaissance pour le travail effectué par l’équipe de Riposte Laïque, ses animateurs, ses contributeurs, ses correcteurs, ses modérateurs, ses titriers, ses illustrateurs, mais aussi ses lecteurs, ceux qui, tous les jours, font suivre nos articles à des amis.

    Bien sûr, ce geste inespéré de Giorgio et ses amis donne un formidable coup de fouet à la campagne que nous avons lancée, et à l’appel que j’ai impulsé, organisé par des jeunes patriotes spécialistes de la levée de dons. D’autant qu’une bonne nouvelle ne vient jamais seule. Nous avons reçu des dons qui comptent, sur notre appel en ligne, qui continue à être accessible sur la 2e plate-forme mise en place, après le blocage de la première. Hier, des donateurs généreux nous ont fait parvenir, au total, avec six versements, la somme de 1100 euros. Et notre trésorier nous a fait savoir qu’une vingtaine de chèques, d’un montant de 1400 euros, nous étaient parvenus. C’est donc une journée exceptionnelle, avec 12.500 euros de dons, que nous avons vécue.

    Nous attendons à présent les premiers retours de la deuxième partie de l’opération, celle qui a occasionné des investissements conséquents, pour envoyer un 4 pages par La Poste à 13.000 personnes membres de nos fichiers, et de ceux des jeunes organisateur de l’appel. Si nous restons dans cette dynamique, nous devrions atteindre l’objectif très ambitieux que nous nous sommes fixés, si chacun reste mobilisé.

    Dernière chose, je ne doute pas que l’exemple de Giorgio Ghiringelli va galvaniser des centaines de lecteurs de notre site, qui se diront qu’ils ne peuvent pas ne pas participer au sauvetage de Riposte Laïque, quand un Suisse et quelques amis ont été capables de joindre les actes à la parole, et de mettre 10.000 euros sur la table.

    Grâce à Giorgio et ses amis suisses, ce matin, nous sommes à 68% de l’objectif, mais il manque encore 31’480 euros, à trouver dans la prochaine quinzaine.

    Merci à tous nos donateurs, vous êtes formidables, on va y arriver.

    DERNIÈRE MINUTE !

    J’apprends à la seconde que la deuxième plateforme de levée de dons vient de nous congédier, comme la première. Donc, pour l’instant, merci d’envoyer vos dons sur notre compte paypal. Je reviendrai demain sur cet événement.

    Pierre Cassen

    Pour sauver Riposte Laïque :

    https://www.paypal.com/donate/?hosted_button_id=B724XM62LAYJW

    Chèque à l’ordre de Riposte Laïque, BP 32, 27140 Gisors

Pour laisser un commentaire sur cet article, cliquez ici puis rendez-vous en bas de page.


Recevoir une notification des nouveautés de ce blog

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer notre lettre d’information. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans chacun de nos mails.